LE BLOG ACTUTCHAD VOUS SOUHAITE LA BIENVENUE 

Actutchad

  • : Actutchad
  • : actutchad2008@gmail.com
  • Contact

Tchad, Berceau De L'humanité

  • Actutchad

8 juillet 2008 2 08 /07 /juillet /2008 20:23

Pour avoir lu d'articles sans profondeur dans la presse virtuelle, ma curiosité s'est vue  aiguisée et une panoplie de questionnements a titillé mon esprit.

Le pourquoi de la révolte tchadienne. A ma connaissance, l'Etat a des exigences pour son existence et sa pérennité. Une fois ces conditions réunis viennent les modalités de l'exercice du pouvoir et sa légitimité. Ces deux dernières ont un impact direct sur la dignité et la paix sociale.

Dans le cas de notre pays, une monographie profane peut nous éclairer sur l'état des institutions politiques, les conditions de vie des citoyens, le fonctionnement des appareils 'd'Etat', le degré de l'implication citoyenne… Le constat est clair et les résultats inadmissibles pour cette République qui ne manque pas de cadres compétents à même de lui assurer sa place dans le concert des nations.

Comme nous le soulignons plus haut, et c'est une évidence constitutionnelle, le Tchad est une République constituée d'une mosaïque de peuples qui ont consentis à vivre dans l'harmonie dans Etat légué par la colonisation. Mais le mode et les modalités d'exercice du pouvoir ont aboutis à l'exclusion, la marginalisation, la tyrannie, aux persécutions, aux crimes de masses… la liste est sans fin et le constat est là : le pouvoir ne sert pas le peuple mais l'opprime.

Arrivé à ce degré de violence collective, le droit qui a institué l'Etat a un corollaire : L'OBLIGATION DE SE REVOLTER. Oui ce n'est pas un droit mais une obligation faite aux citoyens tchadiens de prendre les armes et de renverser ce régime qui est en parfaite opposition avec la souveraineté populaire dont il est censé être l'expression.        

'Je me révolte donc nous sommes.' disait A. Camus. Aucun gouvernement, ne bénéficiant du mandat populaire ne doit asseoir sa lie sur la souveraineté du peuple tchadien. Je dis oui à la révolte, on est dans une situation qui ne permet aucune alternative à la prise des armes. D'aucuns pourraient arguer l'argument du dialogue mais avec qui et après quoi.

Un dialogue signifie, pour le gouvernement de N'djamena, “ une prostitution politique“, des malversations dans la gestion des affaires publiques.

Le dialogue signifie qu'il existe un terrain d'entente, des points de convergence. Or il n'en est rien. Ce gouvernement a confisqué la dignité et les libertés des tchadiens pour des fins autres que la reconstruction et l'intérêt général et continue de nier le malaise et les souffrances de son peuple.

Les tchadiens sont à un tournant majeur de leur jeune histoire politique et le monde est entrain de les observer. Sommes-nous à même de gagner notre liberté ? Sommes-nous capables de faire un front commun pour exiger notre souveraineté et notre dignité ? Oui car nous sommes une terre des hommes libres qui peuvent prendre les armes quand notre existence et notre condition d'être humain sont en jeu.

Par Terab-maba

Partager cet article
Repost0

commentaires