1. Le refus délibéré du Président Nouri d’organiser le Congrès en vue d’adopter les Textes régissant la vie du Mouvement ;
  2. Le manque de transparence dans la gestion financière et matérielle;
  3. La discrimination dans la prise en charge des Malades (blessés);
  4. La non application des décisions émanant du Bureau Exécutif;
  5. Le laxisme notoire dans la gestion des ressources humaines;
  6. L’instrumentalisation du Mouvement par un cercle restreint, familial et clanique;
  7. La complaisance dans les nominations aux postes de responsabilité à tous les niveaux de la hiérarchie;
  8. Le manque d’esprit d’ouverture face à la nouvelle donne;