LE BLOG ACTUTCHAD VOUS SOUHAITE LA BIENVENUE 

Actutchad

  • : Actutchad
  • : actutchad2008@gmail.com
  • Contact

Tchad, Berceau De L'humanité

  • Actutchad

18 septembre 2008 4 18 /09 /septembre /2008 00:09

Les victimes d’Hissène Habré veulent accélérer la marche vers un procès de l’ancien président tchadien. Elles ont, pour cela, déposé une plainte, mardi 16 septembre, devant le procureur près la cour d’appel de Dakar. Notre correspondant, Laurent Correau, les a suivies des préparatifs du matin au soulagement de la mi-journée.

7h45, dans un hôtel du centre de Dakar.
Chambre 157 : Zénaba Borgoto Galyam se noue un foulard noir sur la tête, en signe de deuil. « Pour moi, aujourd'hui, on dirait qu'on réveille le deuil que j'ai vécu ». Elle est la veuve de Galyam Négal, ancien directeur du cabinet militaire de Hissène Habré, décédé en prison en 1988.


Chambre 511 : Clément Abaïfouta, président de l'Association des victimes des crimes et répressions politiques au Tchad, ajuste sa cravate et accroche ses boutons de manchettes. « Je suis en train de  me préparer pour ce grand jour, confie-t-il, aujourd'hui, nous allons déposer plainte devant le procureur contre Hissène Habré ».




8h15, restaurant de l’hôtel.
Sous le ronronnement de quatre ventilateurs, Abdourahmane Gueye, l’une des victimes sénégalaises d’Hissène Habré sort de son agenda la photo de Demba Gaye, lui aussi sénégalais, décédé dans les prisons tchadiennes en 1987.


8h55, le groupe se met en marche pour le cabinet de maître Mouhamed Kébé, l’un des avocats des victimes.









Quelques minutes plus tard, cabinet de Maître Kébé. Les avocats des victimes signent la plainte.


Jacqueline Moudeïna (présidente de l’Association tchadienne pour la promotion et la défense des droits de l’homme), Dobian Assingar (Fédération internationale des ligues des droits de l’homme) et Clément Abaïfouta attendent le départ vers le « bloc des madeleines » où ils doivent rencontrer le procureur général près la cour d’appel de Dakar.



10h00, entrée du bloc des madeleines. 
Jacqueline Moudeïna porte la plainte qui va être déposée sur le bureau du procureur.



 11h00, les victimes d’Hissène Habré  et leurs avocats sortent de leur  entrevue avec le procureur. La plainte a été enregistrée. Jacqueline Moudeïna, qui a revêtu sa robe d’avocat explique : « Cet acte posé ce matin donne de l’espoir aux  victimes qui à un moment donné étaient complètement aux abois, parce que la lenteur qu’accusait le Sénégal ne pouvait pas faire penser à l’aboutissement de cette procédure judiciaire. Mais maintenant, les victimes sont rassurées que le Sénégal prendra en compte cet acte pour pouvoir assurer ses obligations internationales ».

De son côté, Zénaba Borgoto Galyam fait part de son soulagement : « Je n’ai pas dormi cette nuit, mais maintenant je vais aller me reposer. Il y a un grand pas qui a débuté au moins » .

  Contenu de la plainte:  « Selon les avocats des victimes, la plainte présente le témoignage d'un ancien de la police politique du régime tchadienne qui explique que les documents de la police politique étaient portées directement à Habré. »

Source:
http://www.rfi.fr/actufr/

Partager cet article
Repost0

commentaires