LE BLOG ACTUTCHAD VOUS SOUHAITE LA BIENVENUE 

Actutchad

  • : Actutchad
  • : actutchad2008@gmail.com
  • Contact

Tchad, Berceau De L'humanité

  • Actutchad

12 janvier 2009 1 12 /01 /janvier /2009 13:00

La Banque africaine de développement (BAD) a mis 56 millions de dollars à la disposition du Bénin, du Burkina Faso, du Mali et du Tchad pour accroître la transformation du coton sur place. Dans cinq ans, 25% de coton, contre 5% actuellement, pourront être transformés dans ces pays et permettre ainsi d'engranger une valeur ajoutée. 

Le coton contribue pour environ 12 à 20% du PIB de ces États, et sa part dans les exportations représente environ 80% au Bénin, 66% au Burkina Faso, et 50% au Mali et au Tchad. Par ailleurs, la filière occupe plus d'un million d'exploitants répartis dans 20 000 organisations de base dans les quatre pays. 


Le projet, qui s'inscrit dans la cadre de la stratégie de lutte contre la pauvreté des quatre pays concernés, s'appuie notamment sur l'agenda pour la compétitivité de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) visant la sécurisation et l'accroissement des revenus des producteurs de coton. Il s'appuie également sur la promesse de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) de travailler pour éradiquer les subventions et d'autoriser toute aide à la filière. L'OMC a été saisie par les États africains sur le dossier du coton en 2002. 


Le projet permettra de sécuriser les revenus de plus de 900 000 exploitations et touchera, dans les quatre pays, une population de près de 10 millions de personnes, dont plus de la moitié sont des femmes. L'Initiative coton, lancée en 2003 par ces quatre pays d'Afrique de l'Ouest et du Centre, vise à défendre leurs producteurs de coton afin qu'ils tirent profit des fruits de leur labeur face aux subventions accordées à leurs homologues du nord. 


Les autres résultats attendus sont un accroissement du revenu des cotonculteurs de ces pays de 15% pour le coton, 10% pour le maïs et le niébé, et une augmentation des revenus des transformateurs du coton de 20% pour les artisans cibles dans des zones rurales et 2% pour des égreneurs. « Nous avons espoir que ce projet va apporter quelque chose : il peut limiter l'immigration qui est le résultat pervers de la crise de la filière cotonnière, car l'exode rural commence à prendre de 'ampleur », a déclaré l'économiste et coordonnateur du projet, Charles Nouatin. 


Le projet prévoit également la construction de plus de 2 500 kilomètres de pistes rurales, 75 magasins de stockage et 60 marchés ruraux pour l'amélioration des revenus des producteurs de coton et la sécurité alimentaire des zones ciblées par le projet. 


Noël Ndong

 

Siège: Les Manguiers, 84 avenue Paul Doumer, Brazzaville, République du Congo - Bureaux en Europe: 38 rue Vaneau, Paris 7ème, France - Bureaux aux Etats-Unis : 1250 24th Street, Washington DC 20037 - Tél. : + 33 (1) 45 51 09 80 - Fax : + 33 (1) 45 51 03 06 - Site Internet : www.brazzaville-adiac.com - E.mail : redaction@brazzaville-adiac.com
Partager cet article
Repost0

commentaires