LE BLOG ACTUTCHAD VOUS SOUHAITE LA BIENVENUE 

Actutchad

  • : Actutchad
  • : actutchad2008@gmail.com
  • Contact

Tchad, Berceau De L'humanité

  • Actutchad

29 juin 2009 1 29 /06 /juin /2009 15:59
L’avalanche d’hommages rendus à l’ancien président de la République le général Félix Malloum, le décès de l’animateur vedette Petit Fou, les avancées dans l’Accord politique du 13 août 2007 et bien d’autres sujets ont été abordés par la presse tchadienne.


Hommages au général Malloum


‘‘Félix Malloum : l’épopée d’un général tchadien’’, titre Le Temps qui met à sa Une les images retraçant les temps forts de la vie de l’illustre disparu : le général Malloum, amaigri, à sa sortie de prison en 1975, sur la passerelle de l’avion à son retour d’exil en 2002 et une toute dernière photo le montrant aux obsèques du journaliste Emmanuel Touadé. N’Djaména bi-hebdo s’est plutôt interrogé sur ‘‘le mystère Malloum’’. Le journal constate que dans le chapitre des hommages, l’unanimité est faite sur le personnage, mais pas une seule voix n’a évoqué le bilan du règne de ce 2ème président de notre République. Pourtant, relève le confrère, le règne du président Félix Malloum, entre 1975 et 1979, est considéré par certains compatriotes comme une période charnière entre la 1ère République dirigée par un père de la nation et le 2nde régentée par des révolutionnaires du FROLINAT. Le règne du Conseil Supérieur militaire (CSM) a précipité le pays dans la déconfiture où il peine encore à se relever. ‘‘Quelle a été donc la responsabilité personnelle du président Malloum dans ce basculement ?’’, se demande le bi hebdo. Pas une seule fois, le président Malloum ne s’est exprimé sur les raisons de sa démission de la magistrature suprême, ni sur les raisons de l’évacuation des garnisons de N’Djaména par les forces en présence, poursuit-il. ‘‘Nous espérons que ce mutisme sera balayé d’ici peu par la publication à titre posthume des mémoires de notre Napoléon, si celles-ci existent. A moins qu’il n’ait décidé d’empoter tous ses secrets dans sa tombe’’, chute l’éditorialiste.


‘‘Implacable mois de juin’’, souligne l’éditorialiste de L’Observateur qui relève que ce mois de juin et son cortège de deuils a été des plus éprouvants pour les pauvres âmes que nous sommes. L’hebdo dénombre que cinq journalistes ont été fauchés par la mort dans un intervalle aussi court. Revenant sur le décès de l’ancien président Malloum, Pour L’Observateur le choix de ce militaire pour l’exil au Nigeria et sa renonciation au pouvoir sont diversement appréciés par ses concitoyens. Mais pour beaucoup de Tchadiens, Malloum fut un homme discret qui savait écouter les autres et surtout un homme de paix et aussi un grand patriote, écrit-il.


Santé: La banque de sang est vide


N’Djaména bi-hebdo, par ce titre alarmant, rapporte que le Centre national de transfusion sanguine (CNTS) est confronté depuis un certain temps à d’énormes difficultés structurelles et ses poches de sang sont désespérément vides. ‘‘Notre stock de sang est au niveau zéro. Nous n’avons plus assez de sang pour mettre à la disposition des malades nécessiteux qui malheureusement deviennent de plus en plus nombreux ces derniers temps avec l’accroissement de la population de N’Djaména’’, confie Dr Mbanga Djimadoum, responsable du CNTS. Selon ce responsable, repris par le journal, les mentalités n’ont guère changé et les gens préfèrent faire un don de sang familial. D’autres craignent d’être infectés lors de la transfusion ou encore suspectent le Centre de vendre les poches de sang aux nantis, souligne le journal.


Nécrologie: Le Petit Fou n’est plus


En page noire, retenons que Noumasseri Désiré Pouto Béadmo, l’animateur vedette de la Radio Diffusion Nationale tchadienne (RNT) est décédé le jeudi 11 juin 2009 à l’Hôpital général de référence nationale. Il a été inhumé le 13 juin dernier. La presse nationale lui rend hommage à divers niveau : ‘‘Petit fou, l’homme du peuple’’, titre Le Temps, ‘‘Petit fou s’est éteint’’, relève L’Observateur.


Réconciliation: Avancées dans l’Accord du 13 août 2007


‘‘Un petit pas vient d’être franchi’’ titre L’Observateur qui nous apprend que le président de la République vient de signer le 6 juin 2009 un décret déterminant les modalités d’application de la loi portant code électoral et de la loi portant création de la Commission Nationale Electorale Indépendante. Au vu de ce décret, souligne l’hebdo, théoriquement la voie est ouverte pour qu’il y ait des élections libres, transparentes et démocratiques au Tchad. Cependant le journal rapporte les réserves du député de l’opposition Ali Golhor qui estime que la vigilance doit être de mise car ‘‘le régime de Déby a toujours présenté de beaux textes mais leur application qui pose problème’’.


Energie: Crise énergétique en continu


‘‘Pas de développement sans énergie’’, écrit l’éditorialiste de Le Temps qui affirme qu’aucune nation au monde ne s’est construite, aucune économie au monde n’a connu un décollage sans avoir assis une politique énergétique efficace (…). La preuve est qu’au Tchad, malgré une évolution positive de l’économie observée ces dernières années, surtout avec l’exploitation de l’or noir, l’on semble toujours faire du sur place, poursuit-il. Le Temps constate que la Société Tchadienne d’Eau et d’Electricité (STEE), devenue obsolète et ne produisant qu’intermittemment l’électricité, est devenue, malgré cette alarmante situation, une vache à lait pour une certaine catégorie de personnes. Pour notre confrère, la promesse présidentielle selon laquelle d’ici deux ans les coupures d’électricités ne seront plus qu’un triste souvenir pour les habitants, n’est qu’une promesse de plus.


Mbaïdedji Ndjénodji Frédéric

Partager cet article
Repost0

commentaires