LE BLOG ACTUTCHAD VOUS SOUHAITE LA BIENVENUE 

Actutchad

  • : Actutchad
  • : actutchad2008@gmail.com
  • Contact

Tchad, Berceau De L'humanité

  • Actutchad

19 juin 2012 2 19 /06 /juin /2012 16:14

int-30395.jpgIl y a quelques jours, était publié le Global Peace Index, classement mondial des pays en fonction de leur dangerosité. Une dizaine de pays africains figurent parmi les plus touchés par la guerre, le terrorisme et l’instabilité politique. Depuis 2007, le Global Peace Index, réalisé par l’institut de recherche Economics & Peace, classe 153 pays du plus sûr au plus dangereux. Les pays victimes de guerres civiles depuis plusieurs années, ou confrontés à des violences régulières, font partis du top 10 des pays africains les plus dangereux. Le classement évalue, entre autres, les risques de reprise des combats, de résurgence de l’instabilité politique ainsi que les menaces terroristes.

 

10 – Ethiopie: des conflits pas tout à fait éteints

Plus de dix ans après la guerre qui l’a opposée à l’Erythrée, l’Ethiopie entretient toujours des relations tendues et conflictuelles avec le pays : le gouvernement éthiopien n’a pas encore totalement retiré ses troupes de la région de Badme, au nord, attribuée à l’Erythrée, bien que la Cour de Justice Internationale ait défini précisément les frontières des deux pays.

L‘Ethiopie est également le siège de mouvements autonomistes : le Front de libération Oromo, qui touche la région la plus peuplée d’Ethiopie au sud-ouest et berceau d’importantes ressources naturelles ; le Front national de libération de l’Ogaden, basé à l’est, à la frontière avec la Somalie, doté d’une branche armée.

 

9 – Burundi: instabilité politique

Le Burundi a connu une guerre civile durant quinze ans du fait de l’opposition des Tutsis et des rebelles Hutu. Suite à un cessez-le-feu, les forces rebelles Hutu du Front National pour la Libération sont devenues un parti politique.  Les élections de 2010 étaient l’épreuve du feu : le boycott des élections présidentielles par l’opposition et le retour des violences prouvent que le pays est encore loin de la stabilité.

 

8 – Zimbabwe: reprise des violences

Le Zimbabwe a connu une vague de violences après l’élection présidentielle controversée en 2008 : Robert Mugabe et Morgan Tsvangirai, son principal rival, revendiquaient tous deux la victoire au premier tour des élections. La situation s’est apaisée en 2009 avec la mise en place d’un régime à deux têtes avec comme président, Robert Mugabe et comme Premier ministre Morgan Tsvangirai. En 2010, les tentatives du Premier ministre pour élaborer la Constitution ont été sabotées par le camp de Robert Mugabe. Des réunions publiques ont été interdites, des arrestations arbitraires, des pillages et des mises à sac, ont enfoncé le pays dans les violences.

 

7 – Tchad: pacification des relations avec les pays voisins

Le Tchad a sensiblement amélioré sa situation par l’amélioration des relations avec les pays voisins. Plusieurs accords signés entre 2009 et 2010 ont permis de pacifier le pays. La situation politique du pays s’est également stabilisée.

 

 6 – Nigeria: guerre de religion et guerre économique

L’instabilité règne toujours dans le centre et le sud du pays où la réélection de Goodluck Jonathan n’a rien changé. Le Nigeria, pays le plus peuplé d’Afrique avec ses 155 millions d’habitants, est marqué par un conflit religieux au centre, dans la région de Jos, où des tueries entre musulmans et chrétiens ont provoqué la mort de près de 20.000 personnes pendant les dix dernières années. Mais la religion n’est pas l’unique raison de conflit et des motivations économiques ont conduit à la migration vers le sud des éleveurs chrétiens sans terre. Autre bataille économique dans le delta du Niger, au sud : le gouvernement nigérian est aux prises avec un groupe terroriste, le Mouvement pour l’émancipation du delta du Niger (MEND), qui attaque les installations et le personnel des compagnies pétrolières. Enlèvements d’expatriés et attaques sur les oléoducs sont leurs activités de prédilections, réduisant à néant les tentatives d’armistice engagées par l’Etat.

 

5 – Libye: guerre civile

Suite au Printemps arabe survenu en février 2011, la Libye est entrée en guerre civile. Les manifestations ont conduit à la chute de l’autorité de Mouammar Kadhafi dans l’est du pays. Depuis, l’intervention internationale sous l’autorité de l’Otan n’a toujours pas réussi à ramener le calme dans le pays.

 

4 – République Centrafricaine: une année mouvementée

Nouvelle entrée au classement : la République Centrafricaine. Les élections présidentielles ont engendrées un environnement de tensions et d’agitations au sein du pays.La présence de groupes rebelles dans la zone frontalière avec le Soudan et le Tchad pose également problème. Malgré la signature d’un accord de paix en 2008, certains groupes, n’ayant pas signé l’accord, sont toujours en activité.  Dans le sud-est du pays, les troupes de la Lord’s Resistance Army (LRA) menée par Joseph Kony, continuent de sévir. Ce groupe qui fait partie des plus violents du monde, a pris une envergure internationale et est présent en RDC et dans le Sud-Soudan, où il s’adonne à des pillages et des enlèvements de civils.

 

3 – République démocratique du Congo: une menace terroriste de plus en plus présente

Les problèmes de la République Démocratique du Congo résident dans ces activités à la frontière de son territoire ainsi que la présence de plusieurs groupes armés et terroristes à l’est du pays. C’est principalement au Kivu, dans la région des Grands Lacs, que la situation est la plus difficile. L’origine du conflit : l’arrivée massive de réfugiés suite au génocide rwandais. Une amélioration est cependant à noter quant aux tensions existant entre les forces de l’armée nationale (FARDC) et les Forces démocratiques de Libération du Rwanda (FDLR) concernant la domination du territoire et des ressources. La tentative d’intégration du CNPD à l’armée régulière et l’accord de cessez-le-feu de 2008 est inefficace car régulièrement violé. A l’est, les Forces démocratiques alliés-Armée nationale de libération de l’Ouganda (ADF-NALU), mouvement rebelle ougandais, est en conflit avec le gouvernement congolais. Ce groupe est en relation avec les Shebab somaliens, groupe islamiste fondamentaliste proche d’Al-Qaida.

 

 2 – Soudan: une multitude de conflits

La situation du Soudan a empiré à partir de 2010. Le pays est victime depuis plusieurs années de deux conflits intérieurs lourds de conséquences tant sur le plan humain que politique.A l’ouest, le conflit au Darfour a fait 300.000 morts, y compris ceux dus à la famine et aux maladies, et 2,7 millions de déplacés depuis 2003. La paix, signée en 2006 entre le gouvernement et le Mouvement pour la justice et l’égalité (JEM), un des plus puissants groupes rebelles, est fragile car l’ensemble des factions ne l’a pas signé. La présence de l’ONU est toujours nécessaire. Au Sud, grâce au référendum d’auto-détermination de 2011, le conflit du Soudan du Sud est en voie d’apaisement. Cependant, la situation de la zone d’Abyei, reste encore incertaine.

 

1 – La Somalie: une guerre civile généralisée depuis plus de vingt ans

Depuis 1991, la Somalie fait face à une guerre civile difficile. Le conflit oppose le gouvernement fédéral de transition, soutenu par l’ONU, et plusieurs groupes de rebelles islamistes, dont certains sont proches d’Al-Qaida. Non reconnu à l’intérieur du territoire somalien, le gouvernement de Cheikh Sharif Sheikh Ahmed n’arrive pas à imposer ses réformes dans l’ensemble du pays. Le seul morceau de territoire qu’il contrôle est une partie de la capitale Mogadiscio, théâtre régulier de combats violents entre les deux camps pour en conserver la maîtrise. Plus de 1,9 millions de personnes soit plus de 20% des Somaliens selon le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) ont fui le pays contrôlé par la terreur. La stabilisation du pays parait encore impossible.

Partager cet article
Repost0

commentaires