LE BLOG ACTUTCHAD VOUS SOUHAITE LA BIENVENUE 

Actutchad

  • : Actutchad
  • : actutchad2008@gmail.com
  • Contact

Tchad, Berceau De L'humanité

  • Actutchad

23 mars 2010 2 23 /03 /mars /2010 12:42
CPS_RYJ32_230310112308_.jpg

Le sang coule des blessures de soldats sudistes exténués par les derniers combats avec des Misseriya: bien qu'ancestrale, la migration de ces nomades arabes vers le sud chrétien est cette année synonyme de violences, dans le contexte pré-électoral soudanais.


Des affrontements entre l'armée sudiste et les nomades Misseriya ont émaillé le dernier mois dans l'Etat pétrolier sudiste d'Unité. Deux soldats sont morts et trois autres ont été blessés dans les dernières violences."Plus de 200 Misseriya ont lancé une attaque à l'arme lourde contre notre patrouille", tonne le lieutenant-colonel John Madit, rendant visite à deux soldats blessés par des impacts de balle, assis sur des lits miséreux dans la clinique aux fenêtres brisées d'Abiemnon, une bourgade de poussière et de huttes, à 20 kilomètres de la frontière avec le Nord-Soudan. "La population souffre parce qu'il y a eu plusieurs attaques comme celles-ci au cours des dernières semaines", ajoute-t-il.


Le Sud-Soudan panse encore ses plaies de 22 ans de guerre civile avec le Nord du pays, un conflit à l'origine de deux millions de morts nourri par des différences religieuses, ethniques, idéologiques, et des différends sur le partage des ressources naturelles comme le pétrole. Les Misseriya voyagent toujours armés afin de se protéger en cas de vols de bétail. Un accord récent permet même aux Misseriya de se déplacer au Sud-Soudan avec quelques kalachnikov.

Mais l'armée sudiste affirme que certains de ces nomades circulent avec des armes lourdes portant des treillis militaires. "Traditionnellement, les Misseriya viennent ici avec leurs femmes et leurs enfants pour trouver de l'herbe fraîche pour leurs vaches (...). Mais certains d'entre eux viennent maintenant sans animaux, ni familles, et équipés d'armes lourdes comme des lance-roquettes", accuse M. Madit. "Les affrontements sont seulement liés à l'accès au pâturage et aux points d'eau", rétorque auprès de l'AFP Moussa Hamdien, un chef Misseriya.


Des observateurs militaires de la mission des Nations unies au Soudan (Unmis) patrouillent ces zones sensibles accompagnés de forces mixtes (sudiste et nordiste) afin de documenter la situation sur le terrain, une tâche ardue. "Des combats impliquant 200 hommes devraient laisser des traces importantes, mais nous ne retrouvons pas toujours ces preuves", explique Andrew Wilson, un observateur néo-zélandais.


Certains analystes estiment que l'armée sudiste exagère l'ampleur de ces affrontements afin d'augmenter sa présence dans ces zones pétrolières stratégiques à l'approche du référendum de janvier 2011. Lors d'une patrouille, les casques bleus ont visité la bourgade d'Abiemnon à deux reprises. Mais des affrontements entre armée sudiste et nomades arabes sont survenus une heure après le départ des observateurs, rappelant ainsi aux casques bleus à quel point la zone demeure volatile.

Chaque année, depuis des temps immémoriaux, les Misseriya migrent de l'Etat nordiste du Kordofan-Sud vers la région sudiste d'Unité, en quête de pâturage frais et d'eau pour leur bétail. Mais, dans cette région disputée, cette transhumance est devenue l'objet de suspicions. Considérés comme des supplétifs de l'armée nordiste, ces nomades arabes sont accusés de vouloir déstabiliser le sud à l'approche des élections nationales --législatives, régionales et présidentielle-- d'avril, et surtout du référendum de janvier 2011 sur la sécession du Sud-Soudan.
Partager cet article
Repost0

commentaires