LE BLOG ACTUTCHAD VOUS SOUHAITE LA BIENVENUE 

Actutchad

  • : Actutchad
  • : actutchad2008@gmail.com
  • Contact

Tchad, Berceau De L'humanité

  • Actutchad

6 février 2010 6 06 /02 /février /2010 19:10
190352.jpgKHARTOUM (AFP) - Le Français Laurent Maurice, employé de la Croix-Rouge internationale enlevé il y a trois mois au Tchad puis déplacé au Darfour, a été libéré samedi, ses ravisseurs évoquant un "rôle positif" de la France dans la normalisation en cours entre le Tchad et le Soudan voisin. Le CICR, qui a annoncé cette libération dans un communiqué, a ensuite indiqué que cet agronome français âgé de 37 ans était "en route pour Khartoum", et que la "politique du CICR" était "de ne jamais verser de rançon".


Il n'a pas souhaité en dire davantage sur les conditions de cette libération, afin de ne pas compromettre les pourparlers en faveur d'un autre employé français du CICR, Gauthier Lefèvre, enlevé en octobre au Darfour-Ouest.

Laurent "Maurice a retrouvé la liberté aujourd'hui, 6 février 2010. Après 89 jours en captivité, il est fatigué mais semble en bonne santé", a annoncé le CICR dans son communiqué. M. Maurice avait été capturé le 9 novembre 2009 par plusieurs hommes armés dans le village tchadien de Kawa, à une dizaine de kilomètres de la région soudanaise du Darfour, théâtre depuis 2003 d'une guerre civile et depuis mars 2009 d'une vague d'enlèvements d'étrangers. Il avait été ensuite transporté au Darfour, et a été libéré samedi à El-Geneina, capitale du Darfour-Ouest, a indiqué à l'AFP un responsable du CICR.


Il "doit se rendre à Khartoum (...), il est un peu fatigué", a signalé à l'AFP une source diplomatique occidentale.

Un groupe peu connu du Darfour, se présentant comme "les Aigles de libération de l'Afrique", avait revendiqué le rapt et réclamé un million d'euros pour sa libération. "Nous n'avions pas agi pour de l'argent mais parce que nous souhaitions que la France change sa politique dans la région. Or, nous apprécions le rôle positif que la France a joué lors des dernières négociations entre le Tchad et le Soudan", a affirmé samedi à l'AFP Abou Mohamed al-Rizeigi, un responsable des ravisseurs.


La normalisation des relations entre le Tchad et le Soudan, deux voisins qui se mènent depuis cinq ans une guerre par groupes rebelles interposés, est en cours. Les deux pays doivent déployer sous peu une force mixte à la frontière. Signe d'apaisement: la visite lundi à Khartoum du président tchadien Idriss Deby Itno, qui doit rencontrer son homologue soudanais Omar el-Béchir, sous le coup d'un mandat d'arrêt international. Concernant la libération de Laurent Maurice, "aucune rançon n'a été payée", a également déclaré à l'AFP le ministre soudanais des Affaires humanitaires, Abdel Baqi Gilani. "Le Soudan a toutefois offert une aide (logistique) en fournissant des véhicules et de l'essence à la médiation", a-t-il ajouté.


Le chef de la diplomatie française Bernard Kouchner a remercié "tous ceux qui se sont mobilisés sans relâche pour cet heureux dénouement" et dit espérer "qu'il en sera de même pour les autres otages". La vague d'enlèvement qui sévit depuis mars au Darfour et qui s'étend aussi à l'est du Tchad et de la Centrafrique a compliqué le travail des organisations humanitaires, qui ont dû abandonner certains programmes d'aide ou limiter leurs déplacements sur le terrain.


Les "Aigles de libération de l'Afrique" revendiquent aussi le rapt en Centrafrique de deux humanitaires français de l'ONG française Triangle GH. "Ils sont toujours avec nous. Nous n'avons pas d'accord avec le gouvernement centrafricain afin de les libérer", a déclaré à l'AFP le responsable des ravisseurs. Gauthier Lefèvre, un Franco-Britannique, a pour sa part été enlevé le 22 octobre par des hommes armés au Darfour, alors qu'il circulait dans un convoi de deux véhicules marqués du logo de la Croix-Rouge.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires