LE BLOG ACTUTCHAD VOUS SOUHAITE LA BIENVENUE 

Actutchad

  • : Actutchad
  • : actutchad2008@gmail.com
  • Contact

Tchad, Berceau De L'humanité

  • Actutchad

15 mai 2010 6 15 /05 /mai /2010 09:54

images "L'Afrique a raté ce qui est fondamental dans sa culture: la transmission" entre pères et fils, estime le Tchadien Mahamat-Saleh Haroun, qui entrera en lice pour la Palme d'or dimanche avec "Un homme qui crie n'est pas un ours qui danse". Dans un hôtel de N'Djamena jadis luxueux, un vieux maître-nageur ex-champion de natation (Youssouf Djaoro) se voit signifier par la nouvelle direction que son fils (Diouc Koma) est nommé responsable de la piscine à sa place.

 

 Blessé à mort dans sa fierté d'homme et de père, il perd le goût de vivre tandis que gronde une guerre civile dont les combats se rapprochent. Il est alors tenté de commettre l'irréparable... "Dans ce film, j'ai condensé les guerres du Tchad, qui ont été nombreuses en plus de 40 ans" dit Mahamat-Saleh Haroun, 49 ans, dans un entretien à l'AFP. "Je me suis inspiré du 13 avril 2006 pendant le tournage de +Daratt+ (son film précédent ndlr) où les rebelles sont entrés dans N'Djamena. Je voulais raconter la peur panique que nous avons ressentie". "Ce jour-là c'était le 18e anniversaire du jeune Ali Barkai qui tenait le rôle principal. Quel cadeau pour entrer dans le monde des adultes !".

 

Après quelques heures de combats, 300 cadavres jonchent les trottoirs de la ville : une tragédie au goût amer de déjà-vu pour le cinéaste, chassé de son pays par la guerre à l'âge de 19 ans. "En 1979 j'ai reçu une balle perdue, mon père a dû me transporter dans une brouette. Je me suis retrouvé à traverser le fleuve Chari vers le Cameroun, avec ma valise sur la tête". "Cette répétition absurde vous donne le sentiment de ne pas du tout maîtriser votre destin. Ce qui semble le plus injuste, c'est le silence de Dieu". Bouleversant, son dernier film est le plus sombre d'une filmographie où la filiation et la guerre sont centrales. "Il y a tant de conflits sur ce continent en déshérence. L'Afrique a raté ce qui est fondamental dans sa culture : la transmission. Entre les pères de l'indépendance et la génération suivante, la cassure a généré la violence et l'impossibilité d'ouvrir un horizon politique stable". "Certains, comme Thomas Sankara ou Kwame Nkrumah ont vu leurs rêves étouffés.

 

Mais dans l'histoire de l'Humanité, aucun Etat moderne ne s'est bâti en 50 ans", note-t-il. Parfois qualifié d'"inconnu" de la sélection, Mahamat-Saleh Haroun ne l'est pas vraiment : "Daratt" a remporté en 2006 le prix du jury au Festival de Venise -où "Bye Bye Africa" avait été couronné meilleur premier film en 1999- ainsi que l'Etalon de bronze au Festival panafricain de Ouagadougou (Fespaco). Et en 2007 le prestigieux MoMa de New York lui consacrait une rétrospective. Il se dit "ravi et un peu intimidé" d'être en compétition à Cannes où il côtoiera "deux des trois K" qu'il "aime tant" : Abbas Kiarostami et Takeshi Kitano (avec Akira Kurosawa, disparu en 1998). Mais il avoue sa "grande tristesse à représenter seul une Afrique noire qui fête cette année 50 ans d'indépendance".

 

Depuis "Kini et Adams" d'Idrissa Ouédraogo en 1997, le continent était absent de la course à la Palme d'or. "Le désert de cette cinématographie vous donne une responsabilité. Je me dis qu'il faut être un très grand rêveur pour continuer à faire du cinéma dans des Etats qui ne financent pas les productions locales et où les salles de cinéma ferment", poursuit Mahamat-Saleh Haroun. Au Tchad pointe toutefois une lueur d'espoir. "L''unique salle du pays, le Normandy, immortalisée par Depardon dans son livre Voyages et que j'avais filmée en très mauvais état dans +Bye Bye Africa+, va rouvrir après des travaux", se réjouit-il dans un sourire.

Partager cet article
Repost0
5 mai 2010 3 05 /05 /mai /2010 10:49

ALeqM.jpgEnviron deux millions de personnes, soit 18% de la population, restent en situation "d'insécurité alimentaire élevée à très élevée" au Tchad en raison de la sécheresse notamment, selon un communiqué mardi du Bureau de coordination des Affaires humanitaires de l'ONU (Ocha). "La population en situation d'insécurité alimentaire élevée à très élevée reste estimée à 2 million de personnes", écrit Ocha dans un communiqué reçu à Libreville. L'ONU, qui avait déjà averti de cette situation en février, assure que les "besoins des personnes affectées par la sécheresse ont considérablement accru l'estimation de l'assistance humanitaire pour cette année".

 

"L'appel de fonds consolidé (CAP) pour le Tchad de 2010 d'un montant de 458 millions de dollars (350 millions d'euros) ne comporte quasiment que des projets visant à fournir une aide vitale à plus de 670.000 personnes dont des réfugiés soudanais et centrafricains, des déplacés et des populations locales", concentrées dans l'est du pays, selon Ocha. "Les acteurs humanitaires devront" donc revoir ce budget "pour y intégrer tous les projets destinés à la réponse à la crise alimentaire et nutritionnelle", dit-il.

 

L'ONU note aussi une "flambée des prix" à la fois dans l'Ouest à Moussoro et Bol que dans l'Est à Abéché. "L'accès de plus en plus difficile" au maïs, mil, riz local et riz importé "produits de base de base exclut de la consommation les ménages les plus pauvres", selon le communiqué.

 

En plus de l'aide aux réfugiés dans l'Est, les différentes ONG et agences humanitaires vont procéder à la "distribution générale de vivres" aux populations dans la région sahélienne, dans les régions du Lac (ouest) et du Kanem (ouest), et du Sila (est). Parallèlement, l'Office National de Sécurité Alimentaire (Onasa) tchadien a lancé le 30 avril la première étape de l'opération de ventes subventionnées de 4.500 tonnes de vivres ciblant 638.089 personnes.

Partager cet article
Repost0
5 mai 2010 3 05 /05 /mai /2010 09:53

images-copie-2.jpgLIBREVILLE - Le Tchad a enregistré depuis janvier 83 décès de rougeole et 198 de méningite, a indiqué mardi le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha) dans ce pays.Concernant la rougeole, "du 1er janvier au 25 avril, 8.350 cas avec 83 décès ont été notifiés dans le pays", affirme Ocha dans un bulletin d'information humanitaire reçu par l'AFP à Libreville.

 

Les plus récents décès -trois- sont survenus "au cours de la semaine du 19 au 25 avril", sur "un total de 574 cas" recensés à travers le pays, selon la même source, qui ne précise pas les régions concernées. Concernant la méningite, "du 1er janvier au 25 avril, 2.136 cas dont 198 décès (...) ont été notifiés" au Tchad, affirme encore Ocha, précisant que le nombre de cas connaît "une légère tendance à la baisse depuis le 11 avril".

 

Au 25 avril, "deux districts étaient en alerte (Logone Occidental et Mandoul, sud); deux en épidémie (N'Djamena et Abéché, est)", précise-t-il, ajoutant que des "médicaments et autres consommables médicaux" étaient en train d'être envoyés dans les districts sanitaires touchés.

Le Fonds d'urgence de l'ONU a donné début avril 2,7 millions de dollars (2 millions d'euros) à l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et au Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef) pour permettre de vacciner 966.000 personnes contre la rougeole et 627.000 contre la méningite.

 

Des campagnes de vaccination contre ces deux maladies ont été organisées et se poursuivaient dans le pays. Une opération anti-rougeole a ainsi été effectuée à N'Djamena et dans les régions du Kanem (ouest) et du Bahr el Gazal (centre-ouest)", une autre était prévue "sous peu" dans la région du Ouaddaï (est). Une campagne anti-méningite a été menée et se poursuivait "dans les districts de Laï et Béré (sud-ouest). Il en est programmé une à Abéché et dans un camp abritant des réfugiés à Gaga (est).

Partager cet article
Repost0
28 avril 2010 3 28 /04 /avril /2010 10:28

imagesCA79GPIF.jpgLes éleveurs et pasteurs du Niger et du Tchad, confrontés à une chute de la production agricole et à une crise alimentaire dues à la sécheresse, vont recevoir une aide soutenue de la FAO. L'annonce a été faite mercredi 21 avril, pour voler au secours de quelque 9,8 millions de personnes victimes de la faiblesse des précipitations en 2009.

 

Dans la plupart des pays de l'est du Sahel, la prévalence de la malnutrition aiguë est supérieure à 16%, soit au-delà des seuils critiques fixés par l'OMS (Organisation mondiale de la santé), selon la FAO, qui compte éviter une crise alimentaire aiguë similaire à celle de 2005.

 

Au Niger, huit nouveaux projets (12,7 millions $) profiteront à 2,6 millions de personnes. Au Tchad, la FAO fournit des intrants agricoles et des aliments pour le bétail d'une valeur de 4,5 millions $, pour la période des semis. Les pasteurs du Mali et du Burkina Faso recevront également des aides.

Partager cet article
Repost0
23 avril 2010 5 23 /04 /avril /2010 14:58

L’Ambassade de la République du Tchad en France vient de lancer son Site Internet:  www.ambatchad-paris.net, afin de répondre aux besoins d’informations du public et de valoriser toutes ses missions à l’instar des autres représentations diplomatiques.
 
Sur la page d’accueil, six (6) rubriques sont accessibles : Ambassade, Service Consulaire, Actualités, Communiqués, Contact, l’accès à l’Ambassade du Tchad à Paris. En dessous de ces rubriques cités, il a été prévu un espace qui permet de savoir, Comment investir au Tchad. Le mot de l’Ambassadeur est bien placé au centre et la partie réservée à la Coopération Tchad – France est mis en exergue à gauche du Site. Enfin, il abrite aussi des liens avec des sites institutionnels tchadiens.
 
Pour permettre de gagner du temps par rapport aux informations relatives aux documents et conditions nécessaires pour l'obtention d'un visa pour se rendre au Tchad, il est possible de télécharger le formulaire à partir du Site Internet de l’Ambassade du Tchad en France.
 
Enfin, le Site Internet de l’Ambassade de la République du Tchad en France permet d’accéder aux informations pratiques et tient à la disposition des ressortissants tchadiens les conditions relatives à l’établissement de passeport et divers autres documents administratifs.
 
Nous vous invitons à consulter ce site et nous vous souhaitons d’avance une bonne navigation. 
 
 
 Irénée MOUDALBAYE
Entrepreneur Culturel

Partager cet article
Repost0
22 avril 2010 4 22 /04 /avril /2010 13:56

Notre Temps révèle que le retrait de l’unique avion sud-africain a sonné le glas des activités de la compagnie tchadienne de transport Toumaï Air Tchad, créée il y a 6 ans. En effet, poursuit-il, depuis plus de 15 jours, Toumaï Air Tchad a interrompu tous ses vols. La compagnie sud-africaine avait eu de la peine à se faire payer les frais de location. Notre confrère rappelle que depuis la fin de l’année 2009, les pilotes et techniciens sud-africains ont commencé à revendiquer leurs arriérés de salaires. Mais Notre Temps pense surtout que la décision des Sud-africains de s’en aller est intervenue à la suite des changements à la tête de l’entreprise.

 

imagesCABPAVID.jpgAu lieu de déclarer la faillite de l’entreprise, suggère l’hebdo, le président Idriss Déby Itno a préféré nommer son propre fils à la tête de la compagnie. L’Etat mettra à la disposition de Toumaï Air Tchad 2 à 3 avions et de la l’argent liquide pour un nouveau décollage. Mais d’ores et déjà, relève le journal, beaucoup de ceux qui connaissent Toumaï Air Tchad s’interrogent sur la fiabilité de cette relance surtout « qu’aucun bilan financier n’a été présenté en 6 ans d’existence ».

Partager cet article
Repost0
22 avril 2010 4 22 /04 /avril /2010 13:46
Justice : confusion autour de deux autorisations

Selon Le Progrès de folles rumeurs véhiculent dans la capitale, une mise en liberté provisoire d’au moins quatre cadres, inculpés et détenus à la maison d’Arrêt de N’Djaména, pour leur présumée implication dans la liquidation partielle (à hauteur de 1,5 milliards Fcfa) du marché 205 de manuels scolaires de 2009 du ministère de l’Education Nationale. Contacté par Le Progrès, le procureur général près la cour d’Appel de N’Djaména, M. Béassoum Ben Ngassoro, indexé dans cette « mise en liberté provisoire », ne reconnaît avoir signé que deux autorisations à deux inculpés, sur la base d’une garantie et d’un certificat médical. « Il ne faut pas confondre une autorisation, qui est un acte administratif, avec une liberté provisoire, qui est un acte judiciaire », se justifie M. Ben Ngassoro qui insiste que c’est au vu de deux dossiers adressés par le régisseur de la maison d’Arrêt de N’Djaména qu’il a signé ces autorisations. Pour la première autorisation, celle de l’ex-directeur du Contrôle financier, M. Mahamat Yamba, le procureur général reconnaît avoir reçu du régisseur de la maison d’Arrêt le certificat médical de Mahamat Yamba, afin de l’autoriser à se mettre à la disposition de son médecin traitant, pour des soins appropriés, sous la garantie du commandant du Groupement des Unités Spécialisées. Pour le cas de l’ex-trésorier payeur général, Mahamoud Boubakary, le concerné serait allé en compagnie de son avocat, remettre 100 millions Fcfa au greffier de la cour d’Appel, pour les placer sous scellé, note le procureur général.

 

Ralliements en cascade d’opposants au MPS

« L’ère de la transhumance », ironise N’Djaména, abordant la valse de défections des opposants au profit du Mouvement Patriotique du Salut (MPS). Depuis quelques semaines, constate le confrère, les états-majors de certains partis de l’opposition assistent -impuissants- à des défections dans leurs rangs. Des étalons, voire des éléphants, s’enfuient vers le MPS. Les images de ces ralliements tournent en boucle sur la télévision nationale. Au sein du parti de Bamina, ces nouveaux militants (ou ‘‘militants de dernière heure’’) veulent aussi ‘‘manger’’. Le journal analyse qu’après de longues années de galère dans l’opposition (pendant que leurs chefs participent à des gouvernements ‘‘de large ouverture’’), ils rêvent, eux-aussi, d’une nouvelle et merveilleuse vie politique, peut-être à la Nadingar. L’hebdomadaire Le Temps cite pour sa part, les 12 représentants de ces différents groupes et partis politiques de l’opposition qui ont décidé de soutenir le MPS. Ce sont : le VIVA-RNDP, l’URD, l’ATD, la CSDT, la CNDS, le CDRT et l’UFR. Le groupe Solidarité, les ressortissants de Kou Ouest dans le Logone Oriental et les Amazones du MPS ainsi que le Bureau national des maîtres communautaires du Tchad. « 12 partis ou groupements se rangent au MPS », écrit Le Progrès mettant en exergue les propos du secrétaire général du MPS, Nagoum Yamassoum : « La bonne voie au Tchad est celle du MPS. Le bon choix au Tchad est celui du MPS et de son président fondateur Idriss Déby Itno ».

 

Zakaria Déby prend les rênes de Toumaï Air Tchad

Notre Temps révèle que le retrait de l’unique avion sud-africain a sonné le glas des activités de la compagnie tchadienne de transport Toumaï Air Tchad, créée il y a 6 ans. En effet, poursuit-il, depuis plus de 15 jours, Toumaï Air Tchad a interrompu tous ses vols. La compagnie sud-africaine avait eu de la peine à se faire payer les frais de location. Notre confrère rappelle que depuis la fin de l’année 2009, les pilotes et techniciens sud-africains ont commencé à revendiquer leurs arriérés de salaires. Mais Notre Temps pense surtout que la décision des Sud-africains de s’en aller est intervenue à la suite des changements à la tête de l’entreprise. Au lieu de déclarer la faillite de l’entreprise, suggère l’hebdo, le président Idriss Déby Itno a préféré nommer son propre fils à la tête de la compagnie. L’Etat mettra à la disposition de Toumaï Air Tchad 2 à 3 avions et de la l’argent liquide pour un nouveau décollage. Mais d’ores et déjà, relève le journal, beaucoup de ceux qui connaissent Toumaï Air Tchad s’interrogent sur la fiabilité de cette relance surtout « qu’aucun bilan financier n’a été présenté en 6 ans d’existence ».

 

Un mémorial pour les victimes de l’explosion du DC10 d’UTA

Le Progrès nous apprend que dans 70 jours, un mémorial en souvenir des 170 victimes de l’attentat contre le DC10 de l’ex-compagnie aérienne UTA, sera érigé à N’Djaména. La mairie de la capitale a accordé un espace à l’angle nord-ouest du rond-point de la Renaissance, dans le premier arrondissement, derrière le Trésor public, précise le quotidien.

 

Le Comité de suivi de l’Accord du 13 août 2007 tacle Gami

C’est par ce titre que N’Djaména bi-hebdo nous apprend qu’une semaine après l’opposition, c’est au tour du secrétaire général du parti au pouvoir, Nagoum Yamassoum, en sa qualité du président du Comité de suivi de l’Accord du 13 août 2007 de désavouer la CENI. Le bi-hebdo signale que dans une lettre, accompagnée d’un projet de décret demandant en substance la reprise du décret nommant les membres des démembrements régionaux et départements de la CENI. Motif, dans la dernière version de la liste, déjà contestée une première fois, la CENI n’a pas pris entièrement en compte ‘‘les listes consensuelles’’ que lui a envoyées le Comité de suivi. Dans au moins la moitié des démembrements, les listes des sous-CENI ne sont pas celles que le Comité de suivi a transmises. Notre confrère estime qu’avec cet épisode, la crise de confiance entre Gami et les acteurs politiques est installée.

 

Opération « Léda zéro »

Le Progrès a fait écho de sortie médiatique musclée du maire de la commune de N’Djaména, Mme Marie-Thérèse Mbaïlemdana, le 9 avril dernier. A partir du lundi 12 avril 2010, toute personne qui serait surprise avec un sachet en plastique en main, appelé communément Léda, paiera une amende de 50 000 FCFA à 300 000 FCFA ferme et passera trois mois ferme en prison. La menace est adressée par le maire, devant les délégués des quartiers et de tous les marchés de N’Djaména, souligne le quotidien.« Décisions antisociales pour un mandat social », titre amer, l’éditorialiste de Le Temps qui, bien que trouvant l’opération « zéro léda » salutaire, déplore la rapidité avec laquelle les autorités municipales passent à l’acte. Notre confrère rappelle que si le projet de construire les latrines publiques à travers la capitale, si le projet de SOTEL d’implanter des cabines téléphoniques dans les principaux carrefours de la capitale, si le dépôt des bacs à ordures n’a jamais été respecté, si tous ces projets ont incontestablement échoué, c’est parce qu’ils ont été lancés sans préparation des esprits, sans sensibilisation, aucune.

 

Une nomination agite la mairie

Tel est le titre emprunté au quotidien Le Progrès qui fait écho de tiraillements à la tête de la commune de N’Djaména. Tout serait parti d’une proposition de remplacement du directeur d’un marché de la capitale. Une source proche de la Police municipale confie que, le maire de la ville de N’Djaména, Mme Marie-Thérèse Mbaïlemdana, aurait demandé au secrétaire général de la mairie de signer la nomination d’un ancien administrateur délégué, chef d’arrondissement, en remplacement du directeur actuel. Le secrétaire général de la mairie, par ailleurs président du Conseil d’Administration (PCA) de la régie personnalisée du marché aurait rejeté la proposition de la nouvelle nomination. Le maire de la ville aurait considéré ce refus comme une insubordination grave. Selon certaines indiscrétions, c’est le secrétaire général de la mairie qui est habilité, en qualité de PCA, à décider de la nomination ou de la révocation des directeurs des marchés à Mil et Central. Le reporter du quotidien écrit que le maire reste injoignable, mais son secrétaire général, rencontré le jeudi 15 avril 2010, minimise la situation liée à des incompréhensions et malentendus, pouvant exister dans toute administration.

 

500 agents de la mairie de N’Djaména seront licenciés

« Les coups de poing de Mme Mbaïlemdana », titre Notre Temps qui rapporte que la mairie de N’Djaména est en plein remue-ménage. Plus de 500 agents recrutés entre 2008 et 2009 sont licenciés pour des « raisons économiques ». « La masse salariale dépasse le fonds de la mairie et puisque ces personnes n’ont pas été recrutées dans les conditions normales, il n’y a pas de budget pour les prendre en charge », explique M. Adam du service de communication de la mairie. Une source indique que le maire aurait demandé à certains agents licenciés de se reconvertir en policiers municipaux mais ces derniers ont refusé.

 

Une centaine de prisonniers sont en cavale à Abéché

« Evasion massive à la maison d’arrêt d’Abéché », titre Le quotidien Le Progrès qui nous apprend que pour manifester leur mécontentement contre le manque d’eau et de nourritures, la lenteur dans leurs jugements et l’insalubrité dans la prison , les détenus ont monté, le vendredi dernier un scénario et ont arraché le fusil à la sentinelle. Puis ils ont commencé à tirer et jeter des pierres. Une équipe restreinte, désignée sous la direction du sultan du Dar Ouaddaï, est allée à la rencontre du porte-parole des prisonniers. Mais finalement, les prisonniers n’ont obtenu que la relève du chef de poste de la maison d’arrêt. Ceci a débouché sur l’évasion massive de ce jeudi 15 avril 2010.

Hassan Kéïro se soigne à Tunis

Le comédien Hassan Kéïro Le Kaïnkoula, le One-man-show, cloué au lit, depuis quelques mois par une gangrène au pied, s’est envolé dimanche 11 avril 2010 pour Tunis où l’attend une équipe médicale de la clinique SMEDI. Avant son départ, le comédien a été pris en charge par l’équipe du Dr Ngariéra Rimadjita qui a procédé aux soins en désinfectant la plaie et procédant au saignement. L’élan de solidarité suscité par la maladie du comédien s’est poursuivi, ajoute le quotidien qui déplore toutefois que l’argent promis par le gouvernement à l’artiste n’est pas encore décaissé. « Le ministre des Finances serait en voyage. A son arrivée, l’argent sera viré au compte de Kéïro », rassure le promoteur culturel, Nanadoumngar Ricardo.

 

Partager cet article
Repost0
22 avril 2010 4 22 /04 /avril /2010 13:43

CPS_SMM79_210410142506_p.jpgNANTERRE - Cinq hommes ont été renvoyés devant un tribunal français pour une agression qui a provoqué la mort de Brahim Deby, fils aîné du président tchadien Idriss Deby Itno, près de Paris en 2007, a-t-on appris mercredi de source judiciaire.L'un d'eux a toutefois fait appel et il n'est pas certain qu'il comparaîtra devant la cour d'assises de Nanterre (ouest de Paris) lors du procès dont la date n'a pas été précisée.

 

Conformément aux réquisitions du parquet, la juge d'instruction a retenu pour quatre des cinq suspects âgés de 28 à 43 ans l'accusation de "vol avec violence ayant entraîné la mort" et non plus de "meurtre en bande organisée", la mise en examen initiale, a précisé la source judiciaire. Un cinquième homme de 27 ans a été renvoyé en cour d'assises pour "complicité" dans l'agression survenue à Courbevoie, dans la banlieue parisienne. Les suspects, dont l'identité n'a pas été révélée, avaient été arrêtés en novembre 2008, quatre d'entre d'eux en région parisienne et le cinquième en Roumanie.

 

Le 2 juillet 2007, Brahim Deby avait été retrouvé asphyxié dans le parking de son immeuble à Courbevoie, en région parisienne, le corps recouvert de poudre d'extincteur. L'un des avocats de la famille du président tchadien, Me Joseph Cohen-Sabban, avait déclaré au début de l'enquête que le "vol" était "le mobile premier de cette affaire" et que "le meurtre" avait "accompagné le vol".

 

Il avait précisé que "l'appartement (de la victime avait) été très méticuleusement fouillé" alors que Brahim Deby gardait à son domicile "des sommes assez significatives de cash, selon des témoins". Connu des services de police français, entre autres pour des affaires de stupéfiants, Brahim Deby avait été condamné en juin 2006 à six mois de prison avec sursis pour "port d'arme" et "détention" de drogue par un tribunal de Paris.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
15 avril 2010 4 15 /04 /avril /2010 12:39

64521_1504.jpgTrès attendue les organisateurs du 63ème Festival de Cannes ont dévoilé ce matin lors d'une conférence de presse, la liste des films qui seront en compétition en mai pour la très convoitée Palme d'Or. Après avoir énoncé les membres du jury, Thierry Frémaux et Gilles Jacob ont dévoilé les films présents cette année à Cannes. A noter que les nouveaux films de Woody Allen et Oliver Stone seront présentés "Hors compétition" ce qui toutefois annonce du beau monde et des stars lors du festival.

En compétition officielle on retrouvera les films français "Tourner" de Mathieu Amalric, "Des hommes et des dieux" de Xavier Beauvois, "Hors la loi" de Rachid Bouchareb, "La Princesse de Montpensier" de Bertrand Tavernier avec Mélanie Thierry également dans cette liste "Biutiful" de González Iñárritu, "Un Homme qui crie" de Mahamat Saleh Haroun, "Copie Conforme" d'Abbas Kiarostiami, "Outrages" de Takeshi kitano et "Poetry" de Lee Chang-dong, IM Sangsoo avec "Housemaid", "Another year" de Mike Leigh, le nouveau film de Doug Liman "Fair Game", "You my Joy" de Sergueï Loznitsa, "La nostra vita" de Daniele Luchetti, le nouveau film du réalisateur russe Nikita Mikaltov "UTOMLYONNYE SOLNTSEM 2" et "LOONG BOONMEE RALEUK CHAAT" de Apichatpong Weerasethakul. Une sélection sans grandes surprises avec surtout des habitués.

Partager cet article
Repost0
15 avril 2010 4 15 /04 /avril /2010 12:16

images.jpgDe Mahamat-Saleh Haroun - Avec : Youssouf Djaoro, Douc Koma... - Tchad - Sortie indéterminée.

Le film en une phrase: Le Tchad pour la première fois représentée en officielle à Cannes avec ce drame autour de la déchéance d'un homme dans un pays en pleine mutation.

 

L'enjeu: Mahamat-Salem Haroun est le premier cinéaste tchadien de l'histoire à présenter un long métrage en compétition officielle. L'homme de 50 ans qui a étudié le cinéma et le journalisme en France est déjà venue sur la croisette à la Quinzaine des Réalisateurs avec Abouna en 2002. Mais c'est avec Daratt, saison sèche, Prix Spécial du Jury au Festival de Venise en 2006 qu'il se fait reéllement connaître sur la scène internationale. Un homme qui crie est son quatrième long-métrage. Comme pour son précédent film, le Tchad d'aujourd'hui, en proie à une incessante guerre civile depuis son indépendance au début des année soixante, sert de toile de fond à un drame intime.

Nous suivons ici Adam, un sexuagénaire, ancien champion de natation qui doit céder à son fils Abdel, sa place de maître nageur dans un palace de N'Dajamena fraichement racheté par des chinois. Malheureusement Abdel est harcelé par le gouvernement pour participer à "l'effort de guerre". Sans l'aide financière de son fils, Adam voit son avenir proche s'assombrir. Le titre du film est inspiré d'une citation de l'écrivain Aimé Césaire: "Un homme qui crie n'est pas un ours qui danse."

L'info en plus: Ce cinéaste tchadien de 50 ans a d'abord étudié le cinéma à Paris puis le journalisme à Bordeaux. Il signe son premier long Bye-bye Africa en 1999, puis Abouna en 2002, Daratt, saison sèche en 2006. Tous ses films ont été vu dans des grands festivals internationaux (Venise, Cannes...).

Partager cet article
Repost0