LE BLOG ACTUTCHAD VOUS SOUHAITE LA BIENVENUE 

Actutchad

  • : Actutchad
  • : actutchad2008@gmail.com
  • Contact

Tchad, Berceau De L'humanité

  • Actutchad

31 août 2008 7 31 /08 /août /2008 14:03

KOGELO (AFP) - vendredi 29 août 2008 - 14h58 - A l'instar des autres habitants du village reculé de Kogelo (ouest du Kenya), Sarah, 86 ans, grand-mère du candidat démocrate à la Maison Blanche, Barack Obama, ne doute pas une seule seconde que son petit-fils ira "jusqu'au bout".

"J'ai bon espoir qu'il aille jusqu'au bout, maintenant que Hillary Clinton s'est résolument positionnée et a déclaré son soutien à sa candidature", a déclaré Sarah Obama à deux journalistes de l'AFP, autour d'une tasse de thé matinale.

Sarah est la troisième épouse du grand-père paternel de Barack Obama. Aucun lien biologique ne les unit mais le candidat démocrate la considère comme sa grand-mère.

"Je suis restée éveillée tard la nuit dernière (jeudi soir) à regarder des images de la convention démocrate. Je me suis couchée tard et je n'ai pas pu voir le discours ce matin, parce que je me sentais un peu faible", a ajouté l'octogénaire, très alerte en dépit de la fatigue.

A l'heure où Barack Obama prononçait son discours de clôture de la convention démocrate à Denver (Colorado) devant plus de 75.000 partisans enthousiastes, il faisait nuit noire dans le village assoupi et arrosé d'une pluie fine de Kogelo.

Vendredi matin, interrogée dans la principale des trois pièces de sa modeste maison en dur, Sarah Obama attendait, pour pouvoir rallumer sa télévision et voir les dernières images de son petit-fils, que son panneau solaire recharge une batterie épuisée par les heures de visionnage de la veille. Au même moment, les habitants de ce village à l'habitat dispersé débutaient leur journée comme à l'habitude, conduisant leurs troupeaux aux pâturages ou se rendant aux champs cultiver le millet ou le maïs.

"Nos yeux sont fixés sur le poste de président et nous sommes certains qu'il va le ramener à la maison", a assuré Vitalis Ochieng, jeune éleveur de 25 ans. "Barack a la capacité de gagner. Je le connais depuis des années et il a l'énergie" nécessaire, a renchéri une belle-soeur du candidat démocrate, Léonida Atieno Akeyo, âgée d'une soixantaine d'année.

Né de père kényan et de mère américaine, sénateur de l'Illinois depuis novembre 2004 et seul Noir à siéger au Sénat, M. Obama a officiellement accepté jeudi à Denver la nomination démocrate dans la course à la Maison Blanche, appelant ses compatriotes à s'unir derrière lui pour restaurer "la promesse américaine".

La popularité de M. Obama au Kenya dépasse largement les limites de Kogelo et son ascension vers sa nomination à la candidature démocrate avait été saluée en juin par le Premier ministre kényan Raila Odinga, affirmant que ses concitoyens étaient enthousiastes, non seulement en raison de ses origines mais aussi de ce qu'il incarnait.

Tout comme M. Odinga, le père de Barack Obama, décédé en 1982 dans un accident de voiture, était issu de l'ethnie Luo, la troisième du pays en terme de population.

Le Premier ministre kényan a, à plusieurs reprises, relevé, sous forme de boutade, que Barack Obama serait vraisemblablement le premier Luo à devenir chef d'Etat. M. Odinga a en effet officiellement terminé second de l'élection présidentielle controversée de décembre 2007 au Kenya. 

Partager cet article
Repost0
31 août 2008 7 31 /08 /août /2008 13:28
Partager cet article
Repost0
31 août 2008 7 31 /08 /août /2008 12:54

NAIROBI, 31 août (Xinhua) -- Un total de 17 personnes ont été  tuées et 78 autres blessées par des mines ou des engins  non-explosés au Tchad depuis le début de cette année, selon un  communiqué du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF)  parvenu dimanche au bureau de l'agence Xinhua à Nairobi. 

Le communiqué déplore que des mines et des engins non-explosés  continuent à causer de lourdes pertes parmi les civils tchadiens,  surtout parmi les enfants qui représentent la majorité des  victimes dans ce pays d'Afrique centrale. 

"Il est de plus en plus fréquent que des engins non-explosés  mortels affectent des civils innocents, surtout des enfants", a  déclaré le responsable de la protection des enfants de l'UNICEF à  N'Djamena, Jean-François Basse. 

Le dernier drame est survenu jeudi dernier : un enfant a été  tué et cinq autres blessés lorsqu'un engin non-explosé avec lequel ils jouaient a explosé dans le village de Tine, situé près de la  frontière de la région soudanaise du Darfour.  

Le 4 août, un engin non-explosé a explosé dans un marché animé  de N'Djamena, tuant quatre personnes et en blessant 30 autres. 

"C'est seulement l'un des aspects tragiques de la guerre civile qui se poursuit dans ce pays", a affirmé Eliane Duthoit du Bureau  des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires  (OCHA) au Tchad.



Partager cet article
Repost0
30 août 2008 6 30 /08 /août /2008 23:51

Selon un accord historique qui sera signé par M. Berlusconi et M. Kadhafi, l’Italie versera 200 millions de dollars par an sur 25 ans sous forme de projets de construction en dédommagement de la colonisation du pays.

L’Italie a accepté de verser un dédommagement de 5 milliards de dollars (3,4 milliards d’euros) à la Libye en dédommagement de la colonisation du pays pendant la première moitié du XXe siècle, a annoncé samedi le ministre libyen des Affaires étrangères Abdel-Rahman Chalgam.

Le Premier ministre italien Silvio Berlusconi, actuellement en visite en Libye, devrait signer un accord portant sur le versement de 200 millions de dollars par an sur 25 ans sous forme de projets de construction, dont une autoroute côtière, de bourses pour étudiants et de pensions pour les soldats libyens qui se sont battus aux côtés des Italiens durant la Seconde guerre mondiale.

“C’est une reconnaissance concrète et morale des dommages que notre pays a infligés au vôtre pendant l’époque coloniale” (1911-1943), a confié la presse à son arrivée à Berlusconi. En contrepartie, Rome demande à Tripoli de renforcer la lutte contre les clandestins africains cherchant à débarquer sur les rivages italiens. L’Italie promet de financer à hauteur de 500 millions de dollars l’installation de moyens de surveillance électronique sur la côte libyenne.

Les services de M. Berlusconi ont précisé qu’il remettrait à Moammar Kadhafi la Vénus de Cyrène, une statue romaine du IIe siècle emportée en 1913 par l’armée italienne. Le colonel Kadhafi a reçu le chef du gouvernement italien sous une tente à Benghazi où ils ont eu un déjeuner de travail.

Partager cet article
Repost0
29 août 2008 5 29 /08 /août /2008 09:49

L'ONU a achevé mercredi un premier cours de formation d'unité de police regroupant des éléments de la police gouvernementale soudanaise et de celle du Sud-Soudan, à Abyei, une ville à la frontière du Nord Soudan et du Sud Soudan qui continue de faire l'objet d'affrontements.

La Mission des Nations Unies au Soudan (UNMIS) et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) ont mené à bien cette formation de 10 jours qui vise à rétablir la sécurité à Abyei afin de permettre le retour des populations qui ont fui les violents affrontements du mois de mai dernier.

L'unité comporte 63 membres de la police soudanaise du gouvernement de Khartoum et 105 membres du service de police du Sud-Soudan.

Le cours préparé par la police de l'ONU couvrait les méthodes d'enquête, le respect des droits de l'homme et de la démocratie, le droit régissant la police, l'égalité hommes-femmes et les personnes déplacées.

Les deux parties ont convenu de déployer davantage de personnel dans les prochaines semaines, a rapporté la porte-parole du Secrétaire général de l'ONU, Michèle Montas, lors de son point de presse quotidien, au siège de l'ONU, à New York.

Le statut d'Abyei, qui se trouve dans une région riche en pétrole, n'a pas été réglé dans l'Accord global de paix qui avait mis fin à la longue guerre civile entre le Nord et le Sud du pays, en 2005.

Source: http://www.un.org/apps/

Partager cet article
Repost0
28 août 2008 4 28 /08 /août /2008 10:03

Tunis, 27 août (Xinhua) -- Les autorités de l'aviation civile  libyenne ont affirmé que les pirates de l'air ayant détourné un  avion de ligne soudanais vers l'aéroport de Koufra, dans le sud- est de la Libye, se sont rendus mercredi soir aux autorités  libyennes après avoir libéré tous les passagers y compris les  membres d'équipage.   

Selon l'agence de presse officielle libyenne JANA, les pirates  de l'air, identifiés en tant que deux Soudanais, se sont rendus  pacifiquement aux autorités libyennes à l'issue de longues  négociations. 

Un Boeing 737 de la compagnie aérienne privée SunAir,  transportant à bord 95 passagers, avait été détourné mardi peu  après son décollage de l'aéroport de Nyala, la plus grande ville  du Darfour au Soudan, a rapporté la chaîne de télévision panarabe  Al-Jazira.  

Tous les passagers avaient été libérés, dont sept étrangers, à  savoir deux officiers égyptiens travaillant au Darfour au sein des forces de l'Union africain, trois Ougandais et deux Ethiopiens, a  indiqué un responsable libyen.

Source: http://www.french.xinhuanet.com/

Partager cet article
Repost0
26 août 2008 2 26 /08 /août /2008 19:42

NDJAMENA, Tchad, 26 août 2008/African Press Organization (APO)/ — Quelque 30 000 personnes ont été affectées par les inondations qui ont eu lieu dans le sud du Tchad.  Selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA), 10 000 personnes ont perdu leur maison au cours de la catastrophe.  L’OCHA indique en outre qu’en coopération avec le Gouvernement tchadien, il prépare l’acheminement d’une assistance d’urgence nécessaire pour la survie des victimes les plus gravement touchées.

À ce stade, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a pu livrer un premier stock de fournitures médicales d’urgence.  Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance a, de son côté, fourni des moustiquaires et des kits de survie tandis que l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) est à pied d’œuvre pour évaluer les conséquences du désastre sur la production agricole. 

Partager cet article
Repost0
24 août 2008 7 24 /08 /août /2008 19:55

Des inondations survenues dans le sud du Tchad ont chassé 10 000 personnes de leurs foyers et ont fait trois morts. Elles aggravent les effets d'une saison des pluies qui sème destruction et maladies dans la région du Sahel.

La semaine dernière, l'Onu avait fait état de 200 000 personnes déplacées par des inondations en Afrique de l'Ouest. Samedi, Kingsley Amaning, coordonnateur des opérations humanitaires de l'Onu au Tchad, a indiqué dans un communiqué que 10 000 personnes ont perdu leurs foyers du fait des inondations qui se sont abattues sur la ville de Sahr et ses environs.

Des secouristes de l'Onu s'emploient à obtenir des éléments d'abris, du chlore pour purifier l'eau, des fournitures médicales, des suppléments nutritifs et des biscuits énergisants pour les enfants et les mères allaitantes. Ils s'inquiètent des problèmes d'hygiène et des risques d'épidémie du fait que nombre de latrines et de douches ont été détruites par les inondations.

"La propagation du paludisme, des affections respiratoires et diarrhéiques pourrait affecter jusqu'à 30 000 personnes", note Dah oul-Cheikh, médecin de l'Organisation mondiale de la santé, dans le communiqué de l'Onu.

Les inondations de juillet ont obligé quelque 150 000 personnes à quitter leurs habitations en juillet au Bénin. Au Togo voisin, la France a envoyé des soldats reconstruire des ponts emportés par des pluies qui ont fait au moins neuf morts .

Partager cet article
Repost0
22 août 2008 5 22 /08 /août /2008 00:18
Le retrait annoncé de Seif Al-Islam, fils du numéro un libyen, de la vie politique, fait planer le doute sur les vraies intentions de cet influent réformateur et relance le débat sur la succession en Libye.

"J'ai décidé de ne plus intervenir dans les affaires de l'Etat", a déclaré Seif Al-Islam mercredi soir dans un discours devant des milliers de jeunes sympathisants dans la ville de Sebha, à 800 km au sud de Tripoli.

Régulièrement présenté comme le successeur de son père, mais jusqu'ici sans fonction officielle, Seif Al-Islam a indiqué "qu'en l'absence d'institutions et de cadre administratif", il était "obligé d'intervenir".

"Oui, je suis intervenu dans tous les dossiers, a-t-il reconnu, dans les affaires extérieures comme en ce qui concerne, en Libye, le développement, l'habitat, la planification urbaine, etc."

Il a affirmé avoir réglé les problèmes de la Libye sur les plans intérieur et extérieur, évoquant notamment l'affaire des infirmières bulgares, libérées en juillet 2007 après plus de huit ans en prison, et plus récemment celle de l'indemnisation des victimes américaines de l'attentat de Lockerbie (Ecosse), qui avait fait 270 morts en 1988.

"J'ai réalisé mon programme. Le train des réformes est actuellement sur les rails", a-t-il dit.

"Je n'ai plus de grandes batailles à mener et ma situation devient embarrassante", a ajouté Seif Al-Islam. "La situation a changé. Si (je) continue, il y aura un problème".

Seif Al-Islam n'a pas précisé ses projets futurs, mais quelques jours auparavant, dans une interview au journal russe Kommersant, publiée par la presse libyenne, il avait affirmé "qu'il se consacrerait désormais au développement de la société civile et de l'économie en Libye ainsi qu'à l'action caritative".

Pour Mahmoud Boussifi, rédacteur en chef des journaux Oya et Qurina, créés à l'initiative du fils du "Guide", le retrait de Seif, est "le résultat de son mécontentement devant la bureaucratie libyenne qui ralentit le rythme de ses réformes".

"Il est jeune et il espérait faire rapidement de grands pas mais il s'est heurté à cette bureaucratie à laquelle il ne s'attendait pas", a-t-il estimé.

"Je pense qu'il s'agit plutôt d'un retrait momentané présageant une nouvelle étape destinée à concevoir de nouveau sa présence sur la scène politique et à se faire une légitimité qu'il pourrait trouver à travers la société civile", a noté de son côté un observateur libyen sous couvert de l'anonymat.

Mercredi soir, Seif Al-Islam, 36 ans, a appelé à la construction d'une "société civile forte" capable de participer à la prise de décision et à même de constituer une force de dissuasion à tout dérapage au sommet de l'Etat.

A l'exception de la puissante Fondation Kadhafi de Seif Al-Islam, la société civile est quasi-inexistante en Libye. Deux ONG, l'Association pour la justice et les droits de l'Homme et le Centre pour la démocratie, ont récemment été interdites.

Seif Al-Islam a précisé que le processus de réformes qu'il défendait n'était pas en contradiction avec la théorie de son père qui prône le "pouvoir du peuple", à travers la "démocratie directe".

Il a expliqué que son projet de "contrat social" qui fera office de constitution, "protègera le pouvoir du peuple" et "organisera la vie de tous les Libyens", tout en rappelant que son père demeurait une "ligne rouge".

Il a indiqué que ce "contrat" doit comporter une "loi spéciale Mouammar Kadhafi", garantissant que le pouvoir et les prérogatives du "Guide" ne pourraient jamais être "ni transmissibles ni hérités".

Seif Al-Islam a fustigé enfin "une forêt de dictatures" au Proche-Orient et en Afrique du Nord, où les "Parlements sont imaginaires" et où la constitution est piétinée pour maintenir les dirigeants au pouvoir, affirmant par contre que son pays allait devenir dans quelques années un "modèle" à suivre dans la région.

Publié le 21 août 2008.

Source: http://insidethegulf.com/

Partager cet article
Repost0
22 août 2008 5 22 /08 /août /2008 00:16

La Russie pourrait renoncer à participer à la mission militaire européenne au Tchad et en Centrafrique, suite aux derniers évènements survenus en Georgie, selon un fonctionnaire européen ayant requis l'anonymat, à Bruxelles.

Selon le fonctionnaire européen, la tension qui règne entre la Fédération du Russie et l'Union européenne qui exige le retrait, sans conditions, des troupes russes de la Georgie, pourrait conduire le Kremlin a refuser finalement de participer à l'EUFOR, alors qu'elle avait donné son accord de principe.

A l'issue d'une réunion à Bruxelles, à la fin du mois dernier, des experts militaires russes et européens sur les modalités techniques et juridiques de la participation de la Fédération de Russie à l'EUFOR-Tchad/RCA, les Russes avaient donné leur accord de principe pour fournir 4 hélicoptères et un contingent de 120 soldats à l'EUFOR.

Mais cet accord de principe devait être approuvé par les responsables du Kremiln qui, en raison de sa désapprobation de l'attitude affichée par les Européens sur la crise en Géorgie, "pourrait, selon la source, refuser d'envoyer le soutien en hommes et matériels sollicité par l'UE.

La source rappelle, à cet égard, la décision de la Russie d'annuler les manoeuvres militaires conjointes qui devaient être organisées entre les forces russes et celles de l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord (OTAN), cette dernière ayant pris position contre l'intervention de la Russie en Georgie.

L'EUFOR a pour mandat de sécuriser les populations civiles et les convois humanitaires au Tchad et en Centrafrique où affluent des centaines de milliers de réfugiés soudanais fuyant les exactions des milices djandawids opérant au Darfour (région Ouest du Soudan) et soutenues par Khartoum.

Le refus de la Russie de fournir son soutien à l'EUFOR pourrait penaliser la mission militaire européenne au Tchad et en Centrafrique où l'EUFOR a besoin des hélicoptères russes pour opérer efficacement dans une zone qui s'étend sur 900 km le long de la frontière entre le Tchad, le Soudan et la Centrafrique.

Il faut rappeler que les troupes russes avaient pénétré en Georgie après l'attaque de Tskhinvali, capitale de l'Ossétie du Sud (enclave russophone en Georgie) par les troupes géorgiennes, le jour même de l'ouverture des Jeux Olympiques de Pékin.

  Buxelles - 21/08/2008

Partager cet article
Repost0